“Le courage n’est rien sans la réflexion.” Cette citation de Euripide doit nous faire prendre conscience que le courage isolé ne nous permettra pas de sortir plus fort de cette crise qui s’annonce plus longue que prévue.

En effet, cette période de repli qui nous est imposée ne peut pas être vécue de manière passive… en attendant courageusement et patiemment le retour à la normale; mais doit être vécue de manière active voire même proactive.

Profitons donc de cette période, hors du temps, aussi improbable qu’elle soit, pour réfléchir sur la sortie de crise.

Quelques clés pour guider cette réflexion.

 

1. Faire un état des lieux avant-pendant-après le confinement 

 

Si l’on veut tirer le positif de cette situation, autant la considérer comme un révélateur. Prenez ainsi un papier, un stylo et mettez-vous au calme pour pouvoir réfléchir tranquillement (ça vous permettra de lâcher votre ordinateur pendant un petit moment… et ça vous fera beaucoup de bien…-) cf droit à la déconnexion dans l’article précédent.

Faites un état des lieux à chaque période avant, pendant et après le confinement, selon trois points de vue différents :

  • votre place en tant que personne (vie personnelle),
  • votre place dans votre business (vie professionnelle),
  • la place de votre business dans son secteur (étude de marché). Les points suivants aborderont cette thématique.

Vous pouvez vous servir d’analyses comme SWOT, PESTEL ou autres, peu importe. Le but est d’être le plus critique possible et avoir un juste regard sur la situation, même si ça fait parfois un peu mal.

N’hésitez pas à questionner votre entourage pour confirmer que vous êtes dans le vrai… Sans vous fâcher bien entendu….

 

2. Impliquer ses équipes dans un plan de reprise

 

Pour tout ce qui concerne votre business, vos équipes, si vous en avez, sont certainement les personnes les plus importantes dans cette démarche. Inscrivez-les dans votre processus de réflexions et de décisions. Elles ont l’avantage d’être confrontées, au quotidien, au terrain. 

Les impliquer dans un plan de reprise permet de valoriser leur présence à vos côtés, de faire émerger de nouvelles solutions et de renforcer leur motivation quant à la réussite de votre entreprise.

Organisez donc des séances de brainstorming et laissez faire la créativité, sans jamais apporter de jugement, tout en gardant le cap sur le but de vos réflexions.

 

3. Mettre en place une stratégie à court et moyen terme

 

De ces discussions doit émerger une stratégie à court terme en mode “sortie de crise” pour générer très rapidement du cash flow, des commandes et rester dans la dynamique de solidarité dont ont fait preuve vos collaborateurs.

Dans le même temps, vous devez anticiper une stratégie à moyen terme pour concrétiser ces efforts et pérenniser la stabilité de votre entreprise.

 

4. Continuer de communiquer : animation de réseaux sociaux, articles, webinaires … en impliquant les collaborateurs 

Cette réflexion en “off”, liée à la baisse d’activité, ne doit pas vous empêcher de rester visible pendant le confinement. Vous devez donc continuer à communiquer activement sur les réseaux sociaux, voire même augmenter votre visibilité. C’est peut-être le bon moment pour contacter des sociétés de marketing et communication qui vous aideront à orienter votre positionnement.

Vous pouvez également confier de nouvelles missions à vos collaborateurs les plus inspirés, les plus créatifs comme la tenue d’un blog avec la rédaction d’articles liés à votre activité, la participation de certains d’entre eux à des webinaires pour partager leur savoir faire et mettre en avant les différents expertises que compte votre entreprise.

Ils seront d’autant plus fiers de partager leurs contenus auprès de leurs réseaux respectifs.

 

 

5. Garder le contact avec ses clients, partenaires et se montrer rassurant

 

La particularité de cette crise, c’est qu’elle est mondiale et qu’elle touche quasiment 80% des entreprises, peu importe leur taille ou leur secteur d’activité. Il est donc important de prendre en compte que ce que vous ressentez, d’autres le ressentent. Et l’isolement est souvent le pire des replis.

Votre rôle, en tant que dirigeant, est de garder le contact avec les différents acteurs qui constituent votre écosystème : partenaires, fournisseurs, clients… pour les écouter, les aider à réfléchir sur leur situation et les rassurer quant à votre capacité d’adaptation. Ils vous citeront même en exemple.

 

Bonne réflexion !

 

Thierry Chausse

Laissez un commentaire